Dans Histoire

France - Paris

Situés à proximité de la Seine, entre le campus de Jussieu et la mosquée de Paris, les 23 hectares du Jardin des plantes de Paris abritent de nombreux trésors : des galeries d’exposition du Muséum national d’histoire naturelle au jardin botanique, en passant par les grandes serres ou la ménagerie.

Histoire naturelle
En janvier 1626, Guy de La Brosse créé le Jardin des Plantes médicinales sur la « butte Coypeau ». Un siècle plus tard, le lieu passe sous la direction du naturaliste Georges Louis Leclerc, comte de Buffon, qui en fait l’un des plus importants centres de recherche scientifique en Europe.
A la Révolution, le jardin est nommé « Jardin des plantes de Paris » et l’établissement scientifique devient le Muséum national d’Histoire naturelle.

Vue sur le jardin
Le Jardin des plantes présente deux types de perspectives.
La plus ancienne, au sud, est une grande perspective à la française. Elle s’étend de la galerie de l’évolution à la place Valhubert, près des quais de Seine. Rideaux de platanes et collections de fleurs s’y côtoient. Elle relie l’esplanade de Milne-Edwards, qui recouvre la zoothèque souterraine avec des centaines de milliers d’animaux naturalisés, et celle de Lamarck, du côté de la Seine.
Au nord, le visiteur découvre un ensemble de perspectives à l’anglaise mises en place sous l’intendance de Buffon. Elles se trouvent dans le « Grand Labyrinthe », ancienne « butte Coypeau » (dépotoir médiéval recouvert de terre) ; dans le « Petit Labyrinthe » devenu réserve de biodiversité ; aux abords de l’« Hôtel de Magny » et du Grand Amphithéâtre, dans les jardins alpin et écologique, et dans la ménagerie.

Le jardin des plantes rassemble également plusieurs jardins spécialisés : la roseraie, comprenant 170 variétés de roses européennes ; l’école de botanique présentant 4 500 variétés d’arbustes et de plantes ; le jardin écologique reconstituant les populations végétales et animales de la région parisienne ; le jardin alpin, de 1931, comptant plus de 2000 plantes du monde entier.

Les grandes serres
Quiconque arpente le Jardin des plantes s’arrêtera forcément devant les quatre grandes serres, ré-ouvertes au public en 2010 après cinq ans de travaux.
L’architecte Rohault de Fleury a réalisé la serres dite mexicaine, avec les espèces des milieux arides d’Amérique, Afrique méridionale et Madagascar, la serre australienne et néo-calédonienne, ainsi que la serre dite paléobotanique qui présente les étapes du développement de la flore depuis l’apparition des plantes terrestres.
La serre au style Art déco qui abrite un jardin d’hiver à climat chaud et humide, est l’œuvre de l’architecte René Berger.

La ménagerie
Créée en 1793 à l’initiative de Bernardin de Saint-Pierre, la ménagerie est le second plus ancien parc zoologique du monde. La ménagerie bénéficie de constructions sophistiquées comme la grande volière, édifiée en 1888 par Alphonse Milne-Edwards.

De nombreuses espèces animales y furent présentées, dont la première girafe en France en1827 ainsi que des ours blancs ou des phoques.

Après une période de déclin dans le courant du XXe siècle, elle connait finalement plusieurs rénovations dans les années 80 et opte pour la mise en avant des espèces de petite et moyenne taille, peu connues et/ou menacées d’extinction.

Aujourd’hui, 1 100 animaux y sont répartis sur 5,5 hectares.

Articles Recommandés

LAISSER UN COMMENTAIRE