Dans Histoire

L’île de la Cité et l’île Saint-Louis ont d’abord constitué le centre politique et religieux de Paris. A l’ouest, le Palais, construit à l’emplacement de la résidence du gouverneur romain, est une résidence royale jusqu’à son abandon au Parlement en 1431.

A l’est la cathédrale et le groupe épiscopal : Saint-Etienne puis Notre-Dame, le baptistère, Saint-Jean-le-Rond, le palais épiscopal et, au nord, le quartier des chanoines – le Cloître Notre-Dame.

L’espace urbain de l’île se structure fortement à l’abri d’un rempart datant du 4ème siècle, lors des invasions normandes (9ème et 10ème siècles). En effet, périodiquement, l’île doit accueillir l’ensemble des habitants de Paris qui mettent à l’abri les reliques de Saint-Germain-le-Vieux et Sainte-Geneviève-des Ardents.

La partie centrale de l’île de la Cité est occupée par un réseau très dense de petites rues et d’églises autour de la rue de la Juiverie. Elle abrite le premier quartier juif de Paris mentionné en 1119. La synagogue est transformée en église, Sainte-Madeleine, en 1183 lors de la première expulsion des juifs. Avec la démolition du rempart au début du 12ème siècle, des maisons sont construites directement sur les rives. L’île possède alors deux ports : le port Saint-Landry au nord et le port Notre-Dame.

Un ancrage sacré dans le passé

Sur la rive droite, centre de la vie économique et marchande de la ville, le Châtelet abrite le prévôt de Paris, fonctionnaire royal depuis Saint-Louis, en charge de la police, alors que l’administration municipale, avec à sa tête le prévôt des marchands et échevins, d’abord située au Châtelet dans le parloir aux bourgeois, est transférée place de Grève dans la maison aux piliers en 1357 devenu Hôtel de Ville lors de sa reconstruction au 16ème siècle.

La rive gauche accueille entre la Seine, le rempart de Philippe Auguste et l’hôtel de Nesle de nombreux hôtels aristocratiques et ecclésiastiques.

Le tissu urbain de la partie la plus centrale de la ville (île de la Cité, rive droite de Saint Germain-l’Auxerrois, place de Grève, paroisses de Saint Séverin et Saint André-des-Arts sur la rive gauche notamment) n’évolue pratiquement plus jusqu’à la Révolution.

A l’ouest, la construction du Pont Neuf (achevé en 1607), l’aménagement de la place Dauphine et l’ouverture la même année des rues Dauphine et Christine, entraînent la densification de ce secteur de la rive gauche. Les hôtels médiévaux des évêques de Laon, de Lodève, d’Arras, de Chartres puis de Besançon sont rachetés et reconstruits aux 16ème et 17ème siècles.

Aujourd’hui, l’île de la Cité et l’île Saint-Louis traduisent bien une « ambiance parisienne », où de nombreuses célébrités aimaient ou aiment vivre : Georges Moustaki, l’Aga Khan, les Petits Frères des Pauvres, Yves Montand et Simone Signoret, Yves Simon, Jamel Debouzze, Guy Bedos, Agnès Jaoui, Daniel Auteuil, etc.

Reliés au « continent » par les plus beaux ponts de Paris, les îliens voient évoluer la capitale avec la nostalgie du passé.

Et c’est évidemment aussi là que se dresse Notre-Dame de Paris, mais ceci est une autre histoire …

Photo@Wikipédia

Articles Recommandés

LAISSER UN COMMENTAIRE