Dans Histoire

L’œuvre d’embellissement et de modernisation de la capitale est particulièrement intéressante tout au long du 18ème siècle. À l’ouest, autour de la place Louis XV, l’actuelle place de la Concorde, inaugurée en 1763, de nouveaux quartiers se bâtissent.

La rue Royale est percée de beaux immeubles « haussmanniens » ou l’aristocratie et la finance viennent s’établir. On commence alors à rechercher le confort, à prévoir des toilettes avec une cuvette et parfois des salles de bain. Les appartements sont plus petits donc plus facile à chauffer.

Les Parisiens aiment se distraire. Cette époque le montre particulièrement : on trouve des théâtres et des foires. Il y a de nombreuses fêtes avec des bals et des feux d’artifice. Elles sont données à l’occasion d’événements publics ou privés de la famille royale.

La mode des cafés se répand. On vient pour discuter échanger des nouvelles, parler des idées neuves, du progrès et des sciences. Le plus célèbre café est le Procope dans le quartier latin, toujours visible aujourd’hui et en activité. Il est fréquenté par Rousseau Voltaire ou Diderot.

Les salons littéraires sont aussi le rendez-vous d’intellectuels. Tous les grands esprits d’Europe s’y retrouvent comme les artistes, les savants, les philosophes, les encyclopédistes. Leur influence est considérable et jamais, sans doute, la vie à Paris n’aura été plus brillante. Talleyrand écrira alors : « Quiconque n’a pas connu cette époque n’a pas connu la douceur de vivre ».

Paris s’affirme alors comme le centre des plaisirs, de l’élégance et de l’esprit. Le Siècle des Lumières lui aura permis de s’affirmer comme la ville d’Europe la plus brillante.

Photo@Wikipédia

Articles Recommandés

LAISSER UN COMMENTAIRE